Officiel | Mise à jour : 13.02.18 . 10:59

La Conférence de presse du Jury

Frears2

Frears2 © AFP

Pour la quatrième fois dans l'histoire du Festival de Cannes, le Jury a l'occasion de s'expliquer sur le choix du Palmarès. En conférence de presse, le Président du Jury Stephen Frears et les Jurés Maggie Cheung, Maria De Medeiros, Abderrahmane Sissako, Orhan Pamuk, Toni Collette, Michel Piccoli, Marco Bellocchio et Sarah Polley ont répondu aux questions des journalistes. Extraits choisis.

Orhan Pamuk sur la Palme d’Or : « Le film roumain qui a reçu la Palme d’Or est une grande oeuvre. Le peuple roumain peut être fier de ce metteur en scène. Cela a été un grand plaisir d’en voir chaque seconde. Il est riche sur la forme comme sur le fond. Nous étions tous satisfaits, il n’y a pas eu beaucoup de discussions pour lui remettre cette Palme (…) Je voudrais dire enfin que je ne suis pas un professionnel du cinéma, je suis un écrivain. Je tenais donc à remercier toutes ces personnes qui sont des professionnels et qui m’ont permis de me sentir à l’aise (…) Le seul critère que j’ai eu à l’esprit pour faire des choix, c’était d’écouter ma propre conscience et de faire confiance en mes propres goûts. Nous nous sommes tous exprimés, chacun son tour sur tous les films dans un grand sens de la démocratie, et c’était merveilleux. Nous avons débattu autour de chacun des films et nous sommes parvenus aux meilleures décisions possibles. Félicitations à la Roumanie pour ce film. »

Sur le processus de décision :
Michel Piccoli : « Il n’y a pas eu d’unanimité. C’est impossible que neuf personnes pensent la même chose pour un choix si délicat, si important pour la personne qui a présenté son film. Fort heureusement. Sinon nous aurions été sous la coupe d’un Président dictateur. C’était tout le contraire. Nous nous sommes beaucoup écoutés les uns, les autres. Chacun a pu défendre une idée qui lui était particulièrement chère, qui lui était indispensable. »
Marco Bellocchio : « Tout le monde a des idées sur la vie, sur une esthétique, sur une politique, sur une idéologie… Un Jury comme celui-là doit se comprendre et doit trouver des médiations. Ce fut une très belle expérience. Le plus beau reste de voir tous ces films du monde. Car au moment de juger, de discuter, c’est du travail. Mais on a trouvé aussi la manière de s’amuser et de se faire des amis. »

Sur le statut de Juré :
Abderrahmane Sissako : « Etre Juré n’est pas un exercice facile. On ne se connaissait pas avant ce Festival. Je pense que la personnalité d’un Président du Jury joue beaucoup. Stephen nous a mis à l’aise dès le premier jour. On s’est senti bien, on s’est senti libre. On n’avait pas l’impression qu’il y avait des spécialistes. On était des spectateurs amoureux du cinéma qui s’écoutent les uns les autres pour échanger. Les choix ont été faciles. C’était harmonieux en fait. »
Michel Piccoli : « C’est extrêmement difficile d’être Juré, extrêmement intimidant. Pourquoi oser donner des prix à telle ou telle personne. Heureusement, je n’étais pas seul. Mais j’écoutais les autres, ils me donnaient des conseils, ils m’éclairaient sur des aspects. Bien sûr, j’avais mes choix propres et ce fut tout à fait consensuel. Je suis très heureux de certains choix pour lesquels je me suis vraiment battu. J’ai gagné, pas tout le temps, mais j’ai gagné suffisamment. »

Sur leur expérience au sein de ce Jury :
Maria De Meideros : « Je saisis l’occasion pour remercier notre Président Stephen Frears qui fut merveilleux. Je remercie tous les autres Jurés. Je n’ai jamais fait partie d’un aussi bon Jury. Ce fut une expérience très intéressante. A chacune de nos réunions, nous avons vraiment mené des discussions ouvertes sur chaque film. C’est tout à fait fascinant de suivre la vie de festival de chacun des membres, d’écouter leurs avis. On a vu beaucoup de films fantastiques, on a passé un moment merveilleux tous ensemble. »
Sarah Polley : « J’ai beaucoup plus appris au cours de ce festival que tout au long de mon existence. On a tous fait preuve d’une très grande curiosité. Je n’ai jamais vu des personnes accorder autant d’attention aux autres lorsqu’ils parlaient. »
Stephen Frears : « Il n’y avait pas de règles formelles. Tout s’est passé avec beaucoup de facilité. Les gens dans ce Jury était tous mutins, c’était une véritable révolte, ils ne faisaient pas ce que je leur disais de faire. On a regardé les films parfois ensemble. On s’était réuni dimanche dernier, jeudi et enfin hier soir. »

Toni Collette sur le Prix du 60e anniversaire : « Nous voulions accorder ce Prix spécial du 60e anniversaire à quelqu’un que nous admirions et qui avait une histoire avec ce Festival. On s’est tous mis d’accord sur Gus Van Sant. »

Photo Copyright AFP

Partager l'article
Officiel En salles le 27.05.07

La Conférence de presse du Jury

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
Officiel27.05.07

La Conférence de presse du Jury

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
.

.

.

12 : 06 : 34 : 57
du 14 au 25 mai, suivez la 72e edition

sur le SITE ÉVÉNEMENTIEL du Festival de Cannes

En poursuivant votre navigation sur nos sites,
vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.