Officiel | Mise à jour : 13.02.18 . 11:09

Atelier de la Cinéfondation : Léa Fehner - "Qu’un seul tienne et les autres suivront"

Autre cinéaste à avoir vu son projet de film retenu cette année par l’Atelier de la Cinéfondation : la jeune Française Léa Fehner. Celle-ci est venue à Cannes avec l’idée d’un premier long-métrage intitulé Qu’un seul tienne et les autres suivront. "C’est un film choral dont les trois histoires se réunissent et se finissent dans un parloir d’une prison, raconte la réalisatrice. C’est autour de ce monde-là, fait de contraintes et de règles, comment trois personnages qui ont chacun un rapport très différent avec la prison voient leur histoire se faire et se défaire dans cet endroit. Il y a trois histoires : un jeune homme qui va s’échanger avec un prisonnier pour permettre son évasion, une femme qui va rencontrer le meurtrier de son fils et une adolescente de 15 ans qui va abandonner son homme en prison."

Au sujet de ses sources d’inspiration, Léa Fehner confie : "Dans le cinéma français, j’aime beaucoup des réalisateurs comme Audiard ou Kechiche. J’aime aussi le cinéma de Kieslowski, cette complexité et cette sensibilité qu’il y a dans ses personnages, ces endroits, ces visages assez communs dont on n’imagine pas nécessairement la force des histoires. Cette influence a résoné récemment dans mon histoire."

Revenant sur son parcours, la cinéaste se souvient : "J’ai grandi dans un milieu de théâtre avec un théâtre itinérant sous chapiteau. J’ai été confrontée très vite et de manière violente au public. De mes parents, j’ai eu ce désir des histoires, des spectacles, mais j’ai voulu me mettre à une place plus réservée, à une place où on a plus le temps de faire advenir les choses. C’est comme ça que j’ai pris goût à l’idée de faire incarner par quelqu’un d’autre mes personnages."

Quant à sa présence à Cannes, Léa Fehner déclare : "C’est la première fois que je viens à Cannes, c’est vraiment une découverte pour moi. Je suis heureuse d’être dans cette sélection, de pouvoir rencontrer beaucoup de gens originaires de différents pays qui pourront m’aider à faire vivre ce projet. L’arrivée à Cannes est surprenante, il y a beaucoup d’agitation. On arrive avec son projet sur lequel on est concentré et tout d’un coup, on se retrouve confronté à d’autre projets, à mille histoires qui se mélangent. On a l’impression d’être un petit peu seul mais les choses se mettent progressivement en place et deviennent vraiment intéressantes. A Cannes, beaucoup de choses se jouent. C’est un moment condensé. On va pouvoir voir comment le fait d’être français peut nous permettre ou non d’avoir des financements."

Et sur son premier rendez-vous professionnel, la jeune réalisatrice de conclure : "C’est un peu étrange, l’intérêt ne porte pas toujours sur le sujet du film. J’ai l’impression d’être désarmée, car le rendez-vous portait sur des questions de financement, de production. Je pense qu’il faut savoir parler de l’essence du projet tout en comprenant les arcanes du système de financement qui est quand même le sujet de cet Atelier."

Partager l'article

Le même jour

Officiel En salles le 19.05.08

Atelier de la Cinéfondation : Léa Fehner - "Qu’un seul tienne et les autres suivront"

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
Officiel19.05.08

Atelier de la Cinéfondation : Léa Fehner - "Qu’un seul tienne et les autres suivront"

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
.

.

.

12 : 06 : 34 : 57
du 14 au 25 mai, suivez la 72e edition

sur le SITE ÉVÉNEMENTIEL du Festival de Cannes

En poursuivant votre navigation sur nos sites,
vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.