Officiel | Mise à jour : 13.02.18 . 11:20

La Conférence de presse du Jury

AFP

AFP

Pour la cinquième fois dans l'histoire du Festival de Cannes, le Jury a l'occasion de s'expliquer sur le choix du Palmarès. En conférence de presse, le Président du Jury Sean Penn et les Jurés Jeanne Balibar, Alexandra Maria Lara, Natalie Portman, Marjane Satrapi, Rachid Bouchareb, Sergio Castellitto, Alfonso Cuarón et Apichatpong Weerasethakul ont répondu aux questions des journalistes. Extraits choisis.

Sean Penn sur un éventuel coup de cœur pour la Palme d’Or :
"On s’est tous posé des questions. Nous étions inquiets du positionnement du film pendant la sélection. Mais je pense que notre réaction aurait été la même, quelque soit le moment où le film a été projeté. La générosité de ce film est telle que cela n’a rien à voir avec une question de place dans le programme."

Sean Penn sur l’absence de Valse avec Bachir au palmarès :
"Je suis ravi de voir que les rumeurs sont totalement infondées et n’ont pas eu d’influence sur ce Jury. Je suis d’accord pour saluer la qualité de ce film, mais nous avions un nombre limité de Prix à remettre. Plusieurs personnes, moi inclus, pensaient que c’était un film très digne. Mais comme je l’ai souligné durant la cérémonie, il y avait certains moments où l’on savait quel film correspondait à une catégorie donnée ; parfois, nous étions inspirés par autre chose. Il ne peut y avoir de réponse claire à cette question en ce qui me concerne. Je ne l’ai pas particulièrement soutenu, même si c’est un merveilleux film. Il trouvera son public avec ou sans nous."

Sur la Palme d’Or :
Marjane Satrapi :
"Ce fut notre coup de cœur à nous tous. C’est un film qui va au-delà de la banlieue, au-delà de l’école, et qui posait la vraie question de la démocratie, de tous ces gens qui cohabitent ensemble sans donner de réponse en plus. Souvent, vous voyez un professeur qui règle tous les problèmes à la fin comme par miracle. Dans ce film, il n’y a pas de réponses mais toutes les questions que l’on se pose. C’était aussi les qualités du jeu et ce réalisme évident. J’étais une fervente admiratrice de ce film."
Sean Penn :
"L’une des raisons pour lesquelles nous avons pris une décision unanime, c’est qu’on a commencé par l’art cinématographique. C’est un film sans coutures : l’interprétation, l’écriture, tout était magique, les provocations, la générosité. Cela correspond à tout ce que vous souhaitez au cinéma. En plus de cela, et à cause des problèmes que ce film aborde, grâce aussi à l’opportunité de ses sujets, dans un monde qui a faim, qui a besoin d’éducation, qui cherche une voix, ce film nous a beaucoup touchés."
Alfonso Cuarón :
"Il s’agit d’un film rare d’un très haut niveau que vous pouvez partager avec un public jeune. C’est très important pour ce film. Dans le monde difficile où nous vivons, ce sont eux qui vont être obligés de trouver les solutions."
Sergio Castellitto :
"En regardant ce film, je pensais à moi en tant que père qui parle avec les professeurs de mon fils. Ca rend le film socialement universel, sans perdre sa poésie. C’est un film qui semble être tourné en direct, qui dure deux heures et qui s’étale sur un an. C’est formidable cette qualité de narration."
Jeanne Balibar :
"J’ai été reconnaissante envers ce film de ne laisser aucune contradiction de côté. J’ai été reconnaissante envers ce metteur en scène de ne jamais prétendre les résoudre, ni pour les gens qui sont à l’écran, ni pour les spectateurs, ni pour la société française. Je pense qu’il les expose dans toute leur violence. Il s’agit peut-être du film le plus violent qu’on ait vu. Pour moi, l’art dans son expression la plus haute, c’est une contradiction avec sa vérité dure et son espoir."

Sean Penn sur le Prix du 61ème Festival de Cannes :
"Je pense que eux (Catherine Deneuve et Clint Eastwood), et quelques autres dans le monde du cinéma, représentent la raison pour laquelle nous nous sommes lancés dans ce métier. Quand on est dans ce milieu depuis aussi longtemps et que l’on reste inventif, créatif, que l’on continue à élever son niveau, je considère cela comme un encouragement pour nous autres. Je ne parlerai pas de dette à leur égard. Nous devons reconnaître le poids qu’ils ont apporté au Festival et à notre travail."

Sergio Castellitto sur les deux films italiens récompensés :
"Je pensais à ces deux films comme à deux jumeaux dans le même ventre. Ils sont complémentaires en un sens. Nous les Jurés, on se demandait qu’est-ce que peut cacher une démocratie civile occidentale plantée dans l’Europe ? Je pense que les deux metteurs en scène ont réussi à poser un regard clair pour tous."

Officiel25.05.08 . 00:00

Conférence de presse du Jury Clôture (VO)

Officiel25.05.08 . 00:00

Conférence de presse du Jury Clôture (VA)

Officiel25.05.08 . 00:00

Conférence de presse du Jury Clôture (VF)

Partager l'article

Le même jour

Officiel En salles le 25.05.08

La Conférence de presse du Jury

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
Officiel25.05.08

La Conférence de presse du Jury

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
.

.

.

12 : 06 : 34 : 57
du 14 au 25 mai, suivez la 72e edition

sur le SITE ÉVÉNEMENTIEL du Festival de Cannes

En poursuivant votre navigation sur nos sites,
vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.