Officiel | Mise à jour : 13.02.18 . 12:43

Rencontre avec Corneliu Porumboiu

Corneliu Porumboiu © DR

Corneliu Porumboiu © DR

Corneliu Porumboiu, réalisateur et scénariste roumain, a reçu plusieurs récompenses à Cannes : le deuxième Prix de la Cinéfondation en 2004 pour son court métrage Calatorie la Oras (Un Voyage à la ville), la Caméra d’Or en 2006 pour A Fost Sau N-A Fost (12h08 à l’est de Bucarest) et le Prix du Jury à Un Certain Regard en 2009 pour Politist, Adjectiv (Policier, Adjectif). Cette année, il revient à Cannes en tant que membre du Jury de la Cinéfondation et des Courts Métrages.

A chaque fois que vous êtes venu à Cannes, vous avez remporté un prix, est-ce un festival spécial pour vous?

Oui c’est vraiment un festival très spécial pour moi, un jour, quelqu’un a dit dans un article, je ne sais plus qui, que j’étais un enfant du Festival. C’est un peu vrai. Le Prix de la Cinéfondation que j’ai reçu en 2004 était très important pour moi car je venais de terminer mon école et quand on arrive à ce stade on ne sait pas trop ce que l’on va faire à l’avenir. En plus, les jurys sont toujours étonnants. En 2004 c’était Mikhalkov et Nuri Bilge Ceylan… Ce sont des réalisateurs dont on va voir les films, dont on aime les films. Ce prix était vraiment important pour moi, jeune réalisateur. Après, j’ai fait la Résidence, j’ai réalisé mon premier long métrage et je suis revenu deux fois. Donc oui, c’est vraiment un festival très spécial pour moi.


Aujourd’hui, c’est un nouveau contexte car vous êtes juré, pourquoi avoir accepté, qu’est-ce que ce rôle représente pour vous ?

Tout d’abord, c’est un honneur. Déjà étudiant, j’ai vu beaucoup de films de la Cinéfondation, c’est très intéressant car ce sont des films courageux, parfois expérimentaux. J’ai vu de très bons films dans cette sélection, plus jeune, et je suis très heureux car je suis sûr que je vais voir des bons films. Je n’attends rien, je veux être surpris, j’aimerais voir des réalisateurs qui cherchent leur propre langage, leur propre voie.

Quelles différences y-a-t-il entre les courts et les longs métrages ?

Quand j’étais étudiant, je m’attachais à développer le portrait des personnages dans mes courts métrages. En tout, j’en ai fait 9 à l’école, j’essayais beaucoup de choses dans l’aspect visuel. Pour moi, le court métrage a toujours été la préparation du long même s’il y a beaucoup de différences dans la structure, dans la forme…


Quel est votre meilleur souvenir de Cannes ?

La première fois que je suis venu ici, sur cette terrasse de la Cinéfondation que j’aime beaucoup. Au début, j’arrivais devant le Palais sans mon badge, je ne savais pas où aller le chercher, j’étais perdu. Et ce jour-là j’ai vu des gens bien habillés, des personnes qui allaient voir des films et pour la première fois, je me suis dit, « je ne suis pas le seul qui pense que le cinéma c’est important ». En Roumanie, l’art n’a pas autant d’importance et de place, c’est plus considéré comme un loisir. Venir à Cannes la première fois fut vraiment un choc pour moi.

Propos recueillis par A.C.
 

Partager l'article

Le même jour

Officiel En salles le 20.05.11

Rencontre avec Corneliu Porumboiu

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
Officiel20.05.11

Rencontre avec Corneliu Porumboiu

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
.

.

.

12 : 06 : 34 : 57
du 14 au 25 mai, suivez la 72e edition

sur le SITE ÉVÉNEMENTIEL du Festival de Cannes

En poursuivant votre navigation sur nos sites,
vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.