Leçon de Cinéma | Mise à jour : 13.02.18 . 09:46

William Friedkin : « J’aime qu’un film respire »

William Friedkin - Leçon de Cinéma

William Friedkin - Leçon de Cinéma © Anne-Christine Poujoulat / AFP

French Connection, L’Exorciste, Sorcerer et plus récemment, Killer Joe… c’est une salle comble qui a accueilli mercredi après-midi le cinéaste américain William Friedkin, invité à évoquer son oeuvre au travers d’une leçon de cinéma. Maniant l’humour face au critique français Michel Ciment, le réalisateur a abordé les grandes lignes de sa filmographie et chacune des étapes de la réalisation d’un film, sans oublier de distiller aux spectateurs quelques petits secrets de fabrication.

Leçon de Cinéma18.05.16 . 20:00

La Leçon de cinéma de William Friedkin

« J’ai décidé de devenir réalisateur à 21 ans après avoir vu Citizen Kane. Je n’ai pas fait d’école de cinéma. Mon école à moi, c’était la Nouvelle Vague et Alfred Hitchcock. », a d’abord confié William Friedkin, après avoir rappelé que c’est par un documentaire sur un homme promis à la chaise électrique, The People vs. Paul Crump, qu’il a débuté sa carrière, en 1965 : « Je voulais lui sauver la vie ».

Le cinéaste est également revenu sur son expérience fondatrice aux côtés d’Harold Pinter, qu’il a côtoyé pendant un an et dont il reconnaît la « grande influence ». Le dramaturge lui a en effet appris à façonner des histoires, avec le credo que « seules les bonnes idées marchent ».

À l'évocation de sa direction d'acteurs, William Friedkin a confessé aimer s’assurer qu'ils comprennent comme lui le récit des films pour lesquels il fait appel à eux, précisant que sur les tournages, il aime privilégier les premières prises, « plus spontanées et plausibles ». Ce fut le cas dans L’Exorciste et French Connection, pour lesquels il a « souvent dit aux acteurs d’oublier les dialogues et de jouer leur personnage ».

« Je n’aime pas diriger les acteurs, ni qu’ils me copient : j’essaye de les bousculer et d’utiliser ensuite leur colère. »

Contredisant la rumeur, le cinéaste a également révélé que l’idée de French Connection ne lui avait pas été soufflée par Howard Hawks, mais par le visionnage de Z, de Costa Gavras. « C'est le seul film que j’ai tourné dont le scénario ne m’a pas plu », dit-il. William Friedkin affirme qu'il « aime qu’un film respire, comme le bon vin », et puise son inspiration sur le moment présent.

Au sujet de la musique de L’Exorciste, le cinéaste a expliqué avoir souhaité que le thème principal du film « ressemble à une main froide posée sur la nuque ».

Rédigé par Benoit Pavan

Partager l'article
SORCERER
Cinéma de la plage

SORCERER

William FRIEDKIN

ETATS UNIS - 1977

02:01

Focus

Le même jour

Leçon de Cinéma En salles le 18.05.16

William Friedkin : « J’aime qu’un film respire »

French Connection, L’Exorciste, Sorcerer et plus récemment, Killer Joe… c’est une salle comble qui a accueilli mercredi après-midi le cinéaste américain William Friedkin, invité à évoquer son oeuvre au travers d’une leçon de cinéma. Maniant l’humour face au critique français Michel Ciment, le réalisateur a abordé les grandes lignes de sa filmographie et chacune des étapes de la réalisation d’un film, sans oublier de distiller aux spectateurs quelques petits secrets de fabrication.

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
Leçon de Cinéma18.05.16

William Friedkin : « J’aime qu’un film respire »

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
.

.

.

12 : 06 : 34 : 57
du 14 au 25 mai, suivez la 72e edition

sur le SITE ÉVÉNEMENTIEL du Festival de Cannes

En poursuivant votre navigation sur nos sites,
vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.