Hors Compétition | Mise à jour : 20.12.18 . 13:21

L’homme qui tua Don Quichotte : la croisade fantaisiste de Terry Gilliam

Photo du film The Man Who Killed Don Quixote (L'Homme qui tua Don Quichotte)

Photo du film The Man Who Killed Don Quixote (L'Homme qui tua Don Quichotte) © DR

Terry Gilliam et son Don Quichotte : le projet d’une vie. Certains se risquent même à le trouver maudit, au vu des multiples déboires connus par le réalisateur. The Man who killed Don Quixote (L’homme qui tua Don Quichotte) est enfin achevé, et, avec lui, le film de Clôture d’un inoxydable rêveur, une adaptation très libre de l’œuvre picaresque de Cervantès. L’absurde bien sûr, la fantaisie et le burlesque, rythment les aventures d’Adam Driver et de Jonathan Pryce, duo haut en couleur placé au centre du quatrième film en Sélection du Monty Python américain.

Trente ans d’efforts, neuf tentatives de production. Terry Gilliam murit son Don Quichotte depuis 1989. La première fois, le film se révèle techniquement irréalisable. Lors de la  seconde tentative à l’automne 2000, la production est frappée par les intempéries, et les problèmes de santé de Jean Rochefort conduisent au clap de fin du tournage, qui n’aura duré que six jours. Des déconvenues racontées par Terry Gilliam dans le documentaire à succès, Lost in la Mancha, en 2002. 

 

Adam Driver (Paterson, 2016, BlacKkKlansman en Compétition, 2018) et Jonathan Pryce (Brazil, 1985, Demain ne meurt jamais, 1997) portent fièrement le drapeau de la version aboutie présentée en Clôture. A 70 ans, le Britannique avait enfin atteint l’âge plausible du « chevalier à la triste figure », et cet habitué du réalisateur d'insinuer, non sans humour, que Terry Gilliam l’aurait attendu...

 

Dans une mise en scène à tiroirs, le redresseur de torts au costume paré de dizaines de CD’s (pour l’effet réfléchissant), vit des aventures fantasques transposées à l’époque actuelle, en compagnie d’un Sancho Panza réincarné en Toby, jeune réalisateur de pubs désabusé. Un fidèle serviteur que l’on retrouve en images sur les grandioses territoires espagnols, et portugais.

 

Terry Gilliam a écrit le scénario avec Tony Grisoni, comme ce fut le cas pour Las Vegas Parano, Tideland et Les Frères Grimm. A la photo, le célèbre Nicola Pecorini (Zero Theorem, L’Imaginarium du Docteur Parnassus, Las Vegas Parano).

 

Hors Compétition08.05.2018 . 12:37

THE MAN WHO KILLED DON QUIXOTE de Terry GILLIAM - Bande-annonce

Rédigé par Charlotte Pavard

Partager l'article
L'HOMME QUI TUA DON QUICHOTTE
Hors Compétition

THE MAN WHO KILLED DON QUIXOTE

Terry GILLIAM

ESPAGNE, FRANCE, BELGIQUE, PORTUGAL - 2017

02:12

Le même jour

Hors Compétition En salles le 19.05.18

L’homme qui tua Don Quichotte : la croisade fantaisiste de Terry Gilliam

Terry Gilliam et son Don Quichotte : le projet d’une vie. Certains se risquent même à le trouver maudit, au vu des multiples déboires connus par le réalisateur. The Man who killed Don Quixote (L’homme qui tua Don Quichotte) est enfin achevé, et, avec lui, le film de Clôture d’un inoxydable rêveur, une adaptation très libre de l’œuvre picaresque de Cervantès. L’absurde bien sûr, la fantaisie et le burlesque, rythment les aventures d’Adam Driver et de Jonathan Pryce, duo haut en couleur placé au centre du quatrième film en Sélection du Monty Python américain.

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
Hors Compétition19.05.18

L’homme qui tua Don Quichotte : la croisade fantaisiste de Terry Gilliam

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
.

.

.

12 : 06 : 34 : 57
du 8 au 19 mai, suivez la 71e edition

sur le SITE ÉVÉNEMENTIEL du Festival de Cannes

En poursuivant votre navigation sur nos sites,
vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.