Ajouter à ma sélection
    Officiel 08.05.18 . 16:13 Mise à jour :21.11.18 . 15:19

    Hommage à Pierre Rissient

    Pierre Rissient

    Pierre Rissient © J.Demarthon / AFP PHOTO

    Le cinéphile, historien et réalisateur Pierre Rissient est mort ce week-end à l’âge de 81 ans et c’est avec une vive émotion que nous avons appris cette triste nouvelle. C’est pourquoi, en ce jour d’ouverture de la 71e édition du Festival de Cannes, nous voudrions lui rendre hommage.

    Depuis plus de cinquante ans, Pierre était l’un des éléments les plus importants de la communauté cannoise et d’un Festival qu’il avait aidé de toute sa belle énergie à présenter les cinémas venus des pays les plus lointains. Chaque année, nous attendions son arrivée sur la Croisette avec joie et impatience. Un peu de trac aussi, tant il avait sur le cinéma et le Festival de Cannes des opinions fortes et inattendues.

    Il y aura beaucoup à dire sur l’importance de cet homme de l’ombre et nombreux seront ceux qui le feront dans les jours, les mois et les années qui viennent. Aujourd’hui, nous avons une pensée pour son épouse Yung Hee et pour sa sœur Anne-Marie, son époux et ses enfants. Nous pensons à ses proches, qui sont aussi ceux du Festival de Cannes : Bertrand Tavernier, son compagnon de cinéphilie de 50 ans ; Jane Campion, que Pierre découvrit dans ses nombreux voyages australiens et qu’il accompagna jusqu’à la Palme d’or ; Clint Eastwood, auquel le liait une complicité qui ne s’est jamais démentie ; Claire Denis dont il aimait tant l’art de la mise en scène ; Quentin Tarantino, qui adorait l’entendre raconter des histoires hollywoodiennes que lui-même ignorait ; Jerry Schatzberg qui nous a confié le pleurer comme un frère ; Martin Scorsese dont il amena Mean Streets à Cannes, Tom Luddy qui, au festival de Telluride, a appelé l’une des salles de cinéma « Le Pierre » ; Kim Dong-ho, du festival de Pusan qu’ils ont quasiment fondé ensemble ; Todd McCarthy, Benoit Jacquot et Pascal Mérigeau qui lui consacrèrent des documentaires, Michel Ciment, avec lequel il avait des joutes mémorables, Samuel Blumenfeld qui a consigné ses souvenirs dans un livre et ses amis journalistes qu’il réunissait dans des diners pré-Cannes légendaires où naissaient de folles rumeurs et pendant lesquels s’inventaient, dans la bonne humeur et une joyeuse mauvaise foi, les futurs palmarès.

    Cette année 2018 allait être, une fois encore, « son » année. Pierre Rissient venait accompagner le retour en Compétition du réalisateur coréen Lee Chang-dong qu’il a, après tant d’autres, puissamment aidé à faire connaître à travers le monde. Il se faisait une joie d’accueillir, au Certain Regard, le deuxième film du jeune réalisateur chinois BI Gan. Et il s’apprêtait à présenter à Cannes Classics, Cinq et la peau, le film qu’il a réalisé en 1982 et qui, restauré, retrouvera grâce à TF1 et Carlotta le chemin des salles françaises.

    Cette séance, lundi 14 mai, à laquelle Bertrand Tavernier assistera, sera le mémorial de Pierre Rissient et une façon de lui dédier cette 71e édition du Festival de Cannes.

    La dernière fois que nous lui avons parlé, ce grand amoureux des écrivains avait trouvé que cette citation de Marcel Proust convenait bien à sa façon de concevoir l'existence : « À quoi bon venir sous ces arbres, si rien n'est plus de ce qui s'assemblait sous ces délicats feuillages rougissant, si la vulgarité et la folie ont remplacé ce qu'ils avaient d'exquis ? »

    Il ne tient qu’à nous de suivre l’exemple de ces aventuriers du cinéma, de Roger Ebert à Dan Talbot, de Jean Hernandez à Pierre Rissient. En souvenir d’eux qui aimaient tant aider les jeunes générations, il ne tient qu’à nous tous, en croyant au futur du cinéma, de faire en sorte que les festivaliers-cinéphiles-découvreurs-voyageurs ne disparaissent jamais.

    Nous vous souhaitons à tous un bon Festival.


    Pierre Lescure, Thierry Frémaux, Christian Jeune et toute l’équipe du Festival de Cannes

    Officiel 08.05.18

    Hommage à Pierre Rissient

    Le cinéphile, historien et réalisateur Pierre Rissient est mort ce week-end à l’âge de 81 ans et c’est avec une vive émotion que nous avons appris cette triste nouvelle. C’est pourquoi, en ce jour d’ouverture de la 71e édition du Festival de Cannes, nous voudrions lui rendre hommage.

    Séparez les adresses par des virgules * * Champs obligatoires

    En application de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, l’internaute dispose des droits d'opposition (art. 38 de la loi), d'accès (art. 39 de la loi), de rectification et de suppression (art. 40 de la loi) des données le concernant. Pour exercer ces droits, l’internaute doit s’adresser à : Direction juridique OGF, 31 rue de Cambrai 75946 PARIS cedex 19, ou à l’adresse électronique suivante informatiqueetlibertes.dj@ogf.fr, accompagné d’une copie d’un titre d’identité.
    OGF a déclaré les fichiers décrits ci-dessus à la CNIL et enregistrée sous le n° 1607719.

    En poursuivant votre navigation sur nos sites,
    vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.