Officiel | Mise à jour : 13.02.18 . 15:36

SÉANCE SPÉCIALE - « Of Men And War (Des hommes et de la guerre) » : la possibilité d’un récit

Équipe du film © AFP / AP

Équipe du film © AFP / AP

Après De Guerres Lasses en 2003, Laurent Bécue-Renard explore de nouveau la question de l’après-guerre, ou comment vivre et lutter contre des séquelles souvent indélébiles. Le réalisateur français livre un documentaire sur les jeunes vétérans des guerres en Afghanistan et en Irak, qui, une fois revenus, luttent pour retrouver la vie qu’ils ont laissé un temps derrière eux. L’équipe a été autorisée à filmer la thérapie de douze de ces soldats américains. Rencontre avec le réalisateur.

 

Comment en êtes-vous arrivé à faire du cinéma ?

C’était un peu par hasard, et en même temps, j’ai le sentiment que j’ai toujours voulu en faire. J’étais doctorant à Science Po et j’ai rencontré un ancien patron de Libé qui m’a envoyé en Bosnie. Là-bas, j’ai travaillé au  Sarajevo On Line pendant la dernière année de la guerre. J’écrivais beaucoup, notamment les Chroniques de Sarajevo. Mais par la suite, je voulais mettre des corps sur ce que j’écrivais, je voulais verbaliser tout ce que je voyais. On a tous une opinion sur le cinéma, « une image précise des images » en somme. Tout a commencé avec une rencontre : j’étais dans un centre thérapeutique pour femmes vers Sarajevo, et nous avions besoin d’un chef-opérateur. J’ai rencontré cette femme, qui était amatrice, néanmoins, elle nous a fabuleusement aidés.

 

Pourquoi cette obsession de l’après-guerre dans votre cinéma ?

Déjà enfant, j’étais obsédé par les périodes de l’Histoire qu’avaient pu connaître mes parents et leurs parents avant eux. Mon grand-père, mon père, avaient tous deux un passé de guerre. Ce qui me fascinait, c’était ce non-dit, que personne ne parle jamais de ce qui a pu se passer, et que les non réponses subsistent au sein des familles. C’était ce grand secret de la guerre qui ne passait pas, cela nous a forgé, je crois que nous portons tous cela en nous.

 

Comment pourriez-vous définir ceux qui reviennent de la guerre ?

Ce sont des survivants. Leur vie a été tellement transformée. Par exemple, beaucoup ont fondé leur famille après ce qui leur était arrivé. Ce n’est pas anodin, ils conçoivent la vie autrement.

  

De quelle manière filmez-vous le traumatisme ?

Le cadre thérapeutique est intéressant car cela est déjà une forme de mise en scène. Par son statut, son expérience, le thérapeute reconnaît d’emblée que vous avez besoin d’aide, la caméra amplifie cette reconnaissance. Je refusais de poser des questions ou de faire une quelconque interview, je m’intéressais aux questions que les jeunes garçons se posaient.

 

Comment ces patients ont-ils accepté la présence de la caméra ?

Ce cadre thérapeutique peut potentiellement devenir du cinéma. L’introduction de la caméra a fixé cette mise en scène. L’expérience thérapeutique était devenue filmée. Tous ont accepté sa présence. Face à ces garçons j’avais cependant le devoir de convaincre de l’importance de ma caméra, que celle-ci pouvait être un élément de plus dans la thérapie, et non pas un élément intrusif. Je leur devais cette intime conviction. J’étais le médiateur de l’intérieur vers l’extérieur.

 

Propos recueillis par Hannah Benayoun

 

 

SÉANCE

Mercredi 21 mai / Salle du Soixantième / 16h45
>> Accédez à l'agenda interactif

 

Partager l'article
DES HOMMES ET DE LA GUERRE
Séances spéciales

OF MEN AND WAR

Laurent BÉCUE-RENARD

FRANCE - 2014

02:22

Officiel En salles le 21.05.14

SÉANCE SPÉCIALE - « Of Men And War (Des hommes et de la guerre) » : la possibilité d’un récit

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
Officiel21.05.14

SÉANCE SPÉCIALE - « Of Men And War (Des hommes et de la guerre) » : la possibilité d’un récit

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
.

.

.

12 : 06 : 34 : 57
du 14 au 25 mai, suivez la 72e edition

sur le SITE ÉVÉNEMENTIEL du Festival de Cannes

En poursuivant votre navigation sur nos sites,
vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.