| Mise à jour : 13.02.18 . 11:39

Interview exclusive avec Kate Beckinsale

Kate Beckinsale

Kate Beckinsale

Membre du jury présidé par Tim Burton, la comédienne Kate Beckinsale n’est pas étrangère à la Croisette où son tout premier film, The Golden Bowl, fut présenté en Compétition. Entretien avec une cinéphile avérée.

 

Quel est votre premier souvenir de cinéma ?

C’est probablement Bambi, comme tout le monde ! Mais je me rappelle être tombée amoureuse du cinéma français quand j’avais 15 ans. Je me rendais avec ma famille à Paris tous les ans à Pâques et nous allions dans les petites salles de cinéma à Saint-Michel pour voir des classiques comme Les 400 coups. C’est à ce moment là que j’ai décidé que je voulais devenir actrice. Il faut dire que j’ai grandi entourée de films, ma famille faisant partie de l’industrie. J’ai vite réalisé que mes parents avaient l’air de s’amuser beaucoup plus dans leur travail que les parents de mes amis !

 

Avez-vous un film que vous pourriez regarder en boucle ?

Oh oui, il y en a beaucoup. Déjà, il y a Au revoir les enfants. Mais aussi All about Eve et The Rocky Horror Picture Show. J’étais vraiment folle de celui-là quand j’avais entre 12 et 16 ans ! Je suis d’ailleurs allée dans un cinéma à Londres où il est projeté régulièrement et où le public hurle et jette toutes sortes de choses à l’écran.

 

Quelle scène d’un film vous a profondément touchée ?

Il y en a tellement, ça me tue ! Je me rappelle que pour Au revoir les enfants, il a fallu qu’on m’aide à sortir de la salle.

 

Une réplique préférée ?

Bette Davis dans All About Eve : « I'll admit I may have seen better days, but I'm still not to be had for the price of a cocktail like a salted peanut. » / « J’ai connu de meilleurs jours mais je n’en suis pas encore à me vendre pour un cocktail comme un bol de cacahuètes salées.»

 

Y a-t-il quelque chose que vous n’aimez pas à propos du cinéma ?

Me réveiller tôt tous les matins lors des tournages !

 

Une fin de film que vous voudriez changer ?

Je n’ai jamais supportée la mort du père du héros dans Le Roi lion mais c’est au début du film... Sinon, pas vraiment.

 

Quelles sont les actrices qui vous ont inspirées ?

Honnêtement au début c’était Jeanne Moreau. Et puis évidemment il y a Meryl Streep et Bette Davis, j’ai beaucoup étudié leur travail. J’aime ces femmes qui ont atteint la quarantaine et ont continué à s’imposer. Il y a une époque où c’était possible, ce n’est plus vraiment le cas ! Je me rappelle avoir croisé Meryl Streep et m’être sentie un peu mal après…

 

Quels sont les réalisateurs avec lesquels vous rêveriez de travailler ?

Je voulais rencontrer Martin Scorsese et ça s’est réalisé, j’ai eu beaucoup de chance. Sinon, j’ai toujours eu envie de travailler avec Ridley Scott et Oliver Stone, dont les films me sont très chers. Et puis j’adore aussi les jeunes cinéastes comme David Gordon Green. Mais ce que je préfère avant tout, c’est travailler avec un réalisateur quand il a écrit le film lui-même.

 

Votre mari Len Wiseman est réalisateur, pourriez-vous envisager un jour de suivre ses pas ?

Oui, ça pourrait éventuellement m’intéresser mais je ne ferai jamais de films similaires aux siens… Ces gros films à 200 millions de dollars de budget, ça me tuerait ! Mais un petit film, pourquoi pas ?

 

Quels sont vos souvenirs de vos précédents passages au Festival de Cannes ?

Je n’avais pas fait le déplacement pour The Golden Bowl qui était en Compétition en 2000 car je venais d’accoucher. Mais le tout premier film que j’ai fait a aussi été présenté en Compétition à Cannes. C’était Much ado about nothing (Beaucoup de bruit pour rien) de Kenneth Branagh, avec Emma Thompson et Keanu Reeves. J’avais 18 ans et j’étais complètement choquée à mon arrivée à Cannes ! Personne ne m’avait dit à quoi m’attendre, je ne savais même pas que je pouvais avoir un invité alors j’étais tout le temps toute seule sur les marches, complètement terrifiée.

 

Quel film récompensé par la Palme d’Or vous a marqué ?

J’ai adoré Entre les murs, c’était vraiment très âpre dans la manière dont c’était filmé. Ca m’a vraiment bouleversé. C’est complètement anti-Hollywood.

 

Y a-t-il des questions que vous aimeriez poser aux autres membres du jury ?

Oh oui, tellement ! Je suis allée à la formidable expo Tim Burton à New York récemment. C’est très étrange car j’ai l’impression d’avoir fouillé en douce dans ses tiroirs et dans ses classeurs. Ca me rappelle mon mari qui a plein de dessins comme ça, donc j’aimerai bien en parler avec Tim.

 

Comment s’est passée votre première rencontre avec le jury dans son ensemble ?

Il y avait une réunion mardi soir. Mais je venais de très loin et il y avait un volcan sur ma route, donc j’ai raté le diner. C’est dommage car il avait l’air très intéressant, tous les plats étaient arrangés dans le style de Tim Burton, il y avait par exemple des gâteaux en forme d’éclairs… Mais je suis arrivée pour le dessert !

 

Et que faites vous quand vous ne regardez pas des films ?

J’ai une fille de 11 ans alors je passe beaucoup de temps avec elle. Et puis je lis beaucoup de livres, parfois un par jour ! J’adore marcher, faire de l’exercice, du yoga, écouter de la musique… Bref, les mêmes choses que tout le monde !

 

Propos recueillis par GF

Partager l’article

Le même jour

.

.

.