Ajouter à ma sélection
L'ASSASSIN

L'ASSASSINO

Elio PETRI

Pays : Italie, France

THE SAVAGE

LE SAUVAGE

Jean-Paul RAPPENEAU

Pays : France, Italie

LA MACHINE À TUER LES MÉCHANTS
Cannes Classics - Copies Restaurées

LA MACCHINA AMMAZZACATTIVI

(LA MACHINE À TUER LES MÉCHANTS)

Réalisé par : Roberto ROSSELLINI

Année de production : 1952 Pays : ITALIE

Synopsis

Grâce à la révélation de son saint protecteur, le photographe Celestino Esposito découvre que son appareil photo a un pouvoir spécial : un simple click peut faire disparaitre des hommes diaboliques. Il comprend alors que ce n'était pas dû au pouvoir du saint mais au diable en personne. Finalement, il se réveille et réalise que tout cela n'était qu'un rêve.

Crédits

Roberto ROSSELLINI - Réalisateur

Franco BRUSATI - Scénario / Dialogues

Sergio AMIDEI - Scénario / Dialogues

Liana FERRI - Scénario / Dialogues

Giancarlo VIGORELLI - Scénario / Dialogues

Roberto ROSSELLINI - Scénario / Dialogues

Photo du film

Contacts

Production

TEVERE FILM / UNIVERSALIA FILM


Presse française

COPRODUCTION OFFICE - 24 rue Lamartine 75009 Paris France 75009 Paris FRANCE - T: +33156026000 - F: +33156026001 - info@coproductionoffice.eu - www.coproductionoffice.eu
MONICA DONATI - monica.donati@mk2.com


Presse internationale

COPRODUCTION OFFICE - 24 rue Lamartine 75009 Paris France 75009 Paris FRANCE - T: +33156026000 - F: +33156026001 - info@coproductionoffice.eu - www.coproductionoffice.eu
MONICA DONATI - monica.donati@mk2.com


Ventes à l’étranger

COPRODUCTION OFFICE - 24, rue Lamartine 75009 Paris France - T: +33 (0)1 56 02 60 00 - F: +33 (0)1 56 02 60 01 - www.coproductionoffice.eu
OLIMPIA PONT CHÁFER - sales@coproductionoffice.eu


Cannes Classics En salles le Roberto ROSSELLINI

LA MACCHINA AMMAZZACATTIVI

Grâce à la révélation de son saint protecteur, le photographe Celestino Esposito découvre que son appareil photo a un pouvoir spécial : un simple clic...
Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires
.

.

.